Mes petits crushs... les indispensables tricot en vacances

Bonjour bonjour !


On se retrouve aujourd'hui pour un nouveau post avec mes petits crushs autour du tricot. Dans cette catégorie (que je n'ai pas alimenté depuis bien trop longtemps...), j'aime vous parler de 6 éléments que j'aime beaucoup en lien avec une thématique et le tricot bien entendu.

On est donc sur le début des vacances d'été et nous allons, pour beaucoup, partir nous ressourcer en dehors de nos foyers. C'est pourquoi j'ai choisi de vous dévoiler mes 6 indispensables tricot pour partir en vacances : les 6 éléments dont je ne me passe pas dès que je quitte la maison avec mon tricot.

Mes petits crushs... les fils d'été

La plupart sont évidents : je vous donne aussi mes astuces avec ce que je mets en place pour ne pas être trop encombrée mais sans rien oublier !

- Commençons par l'élément principal : le projet en lui-même ! Lequel choisir ? Celui qui prend peu de place, celui qui nous fait rêver ou encore celui que l'on n'ose pas car on ne s'en croit pas capable ? Ma réponse est simple : choisissez le projet dont vous avez envie, peu importe lequel.

Que ce soit des chaussettes, un pull en mohair, des torsades, un fil léger... ce sont les vacances et il faut se faire plaisir et choisir un projet qui les accompagnera. J'adore emmener mes projets car cela leur apporte un vécu, une histoire en plus. Je me souviens très bien avoir tricoté mon Saiga cardigan sur la plage en ayant emmener mon ainé pour la première fois seule dans le Sud avec moi ! Le tout est de se faire plaisir.

Que ce soit votre projet en cours ou un nouveau rien que pour les vacances, l'essentiel est de ne pas oublier nos patrons. Heureusement que l'on peut les avoir facilement via internet et téléphone maintenant mais avec le soleil, la chaleur ou l'eau, je vous conseille d'imprimer les patrons pour éviter tout incident.


- Une fois votre projet choisi, place à la laine.

Il m'est arrivé de choisir un projet avant de partir et de vouloir acheter la laine sur place mais ça demande un peu d'anticipation et de repérage pour ne pas être à court. J'avais fait cela pour mon voyage dans l'Ouest américain en 2015 et je l'avais tricoté durant 1 mois et les 5000 km de voiture au milieu des grands parcs. Ce châle avait un vrai goût de souvenirs, que ce soit dans sa réalisation ou ses couleurs.

Mais il est aussi possible de partir avec une laine choisie à l'avance pour avoir la couleur et la quantité dont on a besoin. Le seul point à ne pas négliger, c'est de ne pas oublier de mettre nos écheveaux en pelotes.


- Pour clore ce premier trio, je ne vais pas vous parler d'aiguilles ou autres. C'est bien évidemment indispensable mais c'est logique.

En revanche, je ne pars jamais sans mes bloqueurs de mailles. Ce sont des petits embouts, simples ou fantaisies, qui s'enfilent au bout des aiguilles et qui empêchent que les mailles ne glissent et tombent.

C'est anodin mais lorsque l'on est en vadrouille, ces stoppeurs de mailles sont vraiment pratiques et sauvent aussi certaines situations.

- On poursuit notre trousse de voyage avec des restes de laine. La raison ?

Ces restes sont multi-usages et utiles dans de nombreuses situations. Il permettent, par exemple, de réaliser un montage provisoire, de mettre des mailles en attente, de fabriquer des anneaux marqueurs ou encore de mètre... si, si, j'ai toujours un fil de 10 cm exactement dans ma trousse au cas où j'oublie mon mètre ruban.


- Avant de terminer, parlons des anneaux marqueurs. J'en ai toujours plusieurs sortent à la maison. Mais lorsque je sors, je n'emmène pas tout ! Juste une boite : celle contenant les ampoules.

L'avantage des marqueurs ampoules est qu'ils sont amovibles car ils s'ouvrent mais aussi ils sont de couleurs différentes. Je peux donc les utiliser comme marqueurs pour différencier les parties de mon encours (raglans, motifs, manches,...) et je les utilise aussi pour marquer mes augmentations ou diminutions (j'en place un toutes les 5 augmentations et je les mets par 2 pour marquer les dizaines). Cela évite de recalculer tout à chaque fois (et de ne pas se tromper lorsque l'on prend du temps à plusieurs et que notre tricot nous accompagne.


- Pour finir, je pars toujours avec un mètre ruban. J'ai hésité à me faire tatouer une mini règle sur le doigt à l'échelle exacte mais je n'ai pas franchi le pas. Alors, en attendant, j'ai glissé un mètre dans chaque sac qui m'accompagne afin de ne jamais être en panne. On est toutes et tous en train de scruter les derniers centimètres avant de pouvoir rabattre le corps ou la manche et de passer à la suite. Sans parler des mesures de raglans... Ce serait quand même dommage de devoir reprendre notre ouvrage de vacances en rentrant car on ne l'a pas fait assez long ou qu'il est au contraire trop court.



J'espère que cet article vous a plu et qu'il vous a fait découvrir mes petites astuces sympathiques. Je tiens à préciser que cet article n'est pas rémunéré et que ma rubrique "Petits crushs" a seulement pour but de faire partager des petits créateurs ou des entreprises chers à mon coeur.

Sur ce, je vous laisse aller découvrir par vous même tout ça et vous souhaite de belles vacances.


Bonne journée, bonne soirée ou quoique ce soit !


PS : si cet article vous a plu, n'hésitez pas à épingler l'image suivante sur Pinterest...

Epingle Crushs fils d'été


144 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout